Oratorio en répétition

Accueillis chaleureusement par Michel VALMER et toute son équipe à

p1010010

la Salle VASSE, chanteurs et instrumentistes se placent, nous découvrons de nouveaux instruments

chacun cherche sa place ; les compositeurs Roger TESSIER et David CHAILLOU sont dans la salle et nous accompagnent pour cette rencontre au sommet !

Arthus au

p1010020

David Chaillou et Arthus

xylophone et tam tam, recevant les conseils de David CHAILLOU ;

Tout le monde a cru voir un gong, or il s’agit bien d’un tam tam

le lexique d’ORTOLANG nous en dit davantage

Sorte de gong fait d’un disque de métal suspendu que l’on frappe à l’aide d’un

marteau ou d’une baguette et qui est très répandu dans la musique orientale. Tam-tam lugubre, sinistre; tam-tam chinois. Souvent on entend siffler Et ronfler, En musique discordante, Le gong au roulement sourd, Le tambour, Le tam-tam à voix stridente (Pommier, Colifichets, 1860, p. 308).Les musiciens étaient rentrés à l’intérieur, et l’orchestre au complet, gongs, tam-tams, cliquettes, flûtes, tambourins et grosses caisses, opéraient avec fureur (Verne, Tour monde, 1873, p. 132). 

p1010018p1010017

2. [En Occident] Instrument analogue dont on use parfois dans les orchestres occidentaux pour marquer l’intensité funèbre ou dramatique de certains passages.
Théodore ne voulait rien brusquer, et comme un habile musicien, il avait marqué l’endroit de sa symphonie: où il devait donner le coup sur le tam-tam (Balzac, Pts bourg., 1850, p. 69). Coups de tam-tam. Orphée se retourne brusquement, comme si le coup l’avait atteint (Crémieux, Orphée, 1858, II, p. 84).

Les ondes Martenot

Instrument électronique à clavier, dont le principe de fonctionnement est l’exploitation des différences de fréquences émises par des générateurs.

p1010014

ondes Martenot

C’est un instrument monodique qui est pourvu d’un vibrato très sensible est conçu à l’origine sur la mise en vibration électrique de trois sources : des cordes tendues, un gong et des ressorts.

p1010012

gong

Inventé par Maurice Martenot (1898-1980), qui présenta son invention au public en 1928. On en fait usage à l’orchestre, et des compositeurs comme Honegger, Milhaud, Messiaen lui ont consacré des compositions. Il se présente sous l’aspect d’un clavier de 6 octaves — immédiatement transposables à 7 permettant une grande virtuosité alors que le jeu à la bague est de caractère vocal et autorise tous les micro-intervalles. Cet instrument peut produire des sonorités extraordinaires et des timbres très variés.

Je laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *